La maladie, les traitements et les perturbations qu’ils causent peuvent être à l’origine de beaucoup de nouveaux sentiments : la peur, l’angoisse, la colère, la culpabilité parfois.

Durant ta maladie, que tu sois hospitalisé(e) ou chez toi, tu es parfois tenté(e) de garder toutes ces émotions pour toi alors qu’il peut être difficile de les gérer seul. Tu risques alors d’entrer dans un état dépressif, de ne plus avoir envie de rien, de perdre confiance et d’avoir plus de mal à lutter contre la maladie.

Un psychologue à ton écoute

Un psychologue est toujours présent à l’hôpital. Il est là pour t’accompagner dès ton arrivée et durant toute la durée du traitement et même au-delà.

Il vient se présenter, exposer sa façon de travailler et proposer de se mettre à ta disposition dès que tu en ressentiras le besoin. Tu n’es pas obligé(e) de le revoir.

A quoi ça sert un psy ?

Ce n’est pas parce qu’on voit un psy qu’on est fou ! Le psychologue est là pour t’aider à faire le tri dans tes émotions. Il écoute tes angoisses même celles qui ne sont pas directement liées à ta maladie. Elles peuvent surgir à tout moment.

Il peut travailler avec toi, en toute confidentialité, pour t’aider à vaincre ces angoisses et tes peurs. Il peut aussi aider ta famille, ton conjoint, tes enfants si tu en as.

Certains psychologues utilisent des supports pour favoriser la discussion : le photo-langage, la musique, l’hypnose.

Tu peux aussi consulter un psychologue en dehors de l’hôpital, en allant le voir dans son cabinet en ville. Il existe aussi des structures de suivi comme les Centres médico-psychologiques (adresses en mairie) où les consultations sont gratuites.

Toutefois, l’intérêt de voir un psychologue attaché à l’hôpital réside dans le fait qu’il connaît ta maladie et qu’il a de l’expérience en la matière.

Combien de fois et quand faut-il le voir ?

Le rythme des séances est établi en accord avec le psychologue. Parfois tu ressentiras le besoin de le voir souvent (une ou deux fois par semaine) ou alors en « one shot », quand tu en ressentiras le besoin. C’est vous qui déciderez ensemble.

Tu peux revoir le psychologue même des mois après ton traitement, si des angoisses ressurgissent, par exemple. L’important est de ne pas hésiter à lui en parler.

Autres options

Des praticiens peuvent t’accompagner avec d’autres méthodes, pour t’aider à exprimer et gérer tes émotions.

Par exemple :

  • l’art-thérapie : pour arriver à t’exprimer d’une autre façon, à travers la création d’une œuvre
  • la sophrologie : une technique de relaxation

Renseigne-toi sur les personnes qui peuvent intervenir dans ton hôpital.

Aller plus loin

> Les associations de patients