Adhérer au traitement

Il est bien sûr très important que tu suives correctement ton traitement. Dit comme cela, ça paraît être une évidence. On appelle cela l’adhésion thérapeutique.

Beaucoup d’études montrent que, quand on est adolescent ou jeune adulte, cette fameuse adhésion thérapeutique est souvent malmenée.

Plusieurs raisons pour expliquer le manque d’adhésion on été identifiées.

D’abord, tout traitement prolongé est difficile à ne pas oublier. Cela demande une certaine organisation (comme faire sonner son portable aux heures de prise du traitement !). Si, par ailleurs, on développe des effets secondaires au traitement, on a tendance à moins le prendre. Ensuite, quand on est en colère ou angoissé par la maladie, on peut avoir envie que tout s’arrête et revienne comme avant. Ne plus prendre son traitement peut alors donner l’impression de ne plus dépendre de la maladie et des contraintes imposées par le médecin.

Adhérer à son traitement, c’est aussi ne pas oublier ses rendez-vous à l’hôpital, ses hospitalisation, ou les examens de surveillance.

Il est important que tu te sentes à l’aise de parler de toutes les difficultés ou les incompréhensions que tu rencontres autour de la maladie et des traitements. Plusieurs interlocuteurs sont à ta disposition à l’hôpital : ton médecin référent, l’infirmière de coordination, la psychologue…